Les têtes s’égaraient, les anciens ne reconnaissaient plus les voies, dont l’écheveau s’était comme Zola Emile

Ajouter un commentaire

Les têtes s’ égaraient, les anciens ne reconnaissaient plus les voies, dont l’ écheveau s’ était comme embrouillé devant eux. A chaque bifurcation, une incertitude les arrêtait court, et il fallait se décider pourtant.
Germinal (1885), VII, V
Citations de Emile Zola
Emile Zola

Laisser une réponse