Les soirées d’hiver étaient longues; la lecture en abrégeait les heures. Lamartine Alphonse de

Les soirées d’hiver étaient longues; la lecture en abrégeait les heures.
Méditations poétiques (1820), préface
Citations de Alphonse de Lamartine
Alphonse de Lamartine

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.