Les rois pour lesquels vous vous égorgez se serrent la main, au plus fort du carnage, et paisiblemen Foscolo Ugo

Ajouter un commentaire

Les rois pour lesquels vous vous égorgez se serrent la main, au plus fort du carnage, et paisiblement, se partagent vos dépouilles et vos terres.
Les Dernières Lettres de Jacopo Ortis (1802), Florence, 25 septembre 1798
Citations de Ugo Foscolo
Ugo Foscolo

Laisser une réponse