Les philosophes qui ouvrent la main trop brusquement sont des fous; on leur coupe le poing, et voilà Alembert Jean le Rond d’

Les philosophes qui ouvrent la main trop brusquement sont des fous; on leur coupe le poing, et voilà tout ce qu’ils gagnent.
Lettre au roi de Prusse, 6 mars 1770
Citations de Jean le Rond d’Alembert
Jean le Rond d’Alembert

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.