Les peines du coeur sont semblables aux torrents de la montagne : elles se calment en se partageant. Mallefille Félicien

Ajouter un commentaire

Les peines du coeur sont semblables aux torrents de la montagne : elles se calment en se partageant. Déposez dans mes mains fraternelles la moitié de votre fardeau, et vous serez soulagé.
Le Collier (1854), Les Amours d’un rossignol et d’une rose
Citations de Félicien Mallefille
Félicien Mallefille

Laisser une réponse