Les obus miaulaient un amour à mourir – Un amour qui se meurt est plus doux que les autres – T Apollinaire Guillaume

Ajouter un commentaire

Les obus miaulaient un amour à mourir
Un amour qui se meurt est plus doux que les autres
Ton souffle nage au fleuve où le sang va tarir
Les obus miaulaient. Entends chanter les nôtres
Pourpre amour salué par ceux qui vont périr.
Calligrammes (1918), La Nuit d’avril 1915
Citations de Guillaume Apollinaire
Guillaume Apollinaire

Laisser une réponse