Les courants d’air passaient et repassaient, formant des dessins monotones et reposants. Soupault Philippe

Ajouter un commentaire

Les courants d’air passaient et repassaient, formant des dessins monotones et reposants.
Les Dernières Nuits de Paris (1928)
Citations de Philippe Soupault
Philippe Soupault

Laisser une réponse