Les coïts de sympathie, mais, après, c’est l’indifférence, l’oubli. Renard Jules

Les coïts de sympathie, mais, après, c’est l’indifférence, l’oubli.
Journal, 14 septembre 1906
Citations de Jules Renard
Jules Renard