Les arbres qui bordaient la route fuyaient à mes côtés comme des ombres difformes et douloureuses da France Anatole

Les arbres qui bordaient la route fuyaient à mes côtés comme des ombres difformes et douloureuses dans la nuit.
Le Livre de mon ami (1885)
Citations de Anatole France
Anatole France

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.