Le vent s’était acharné après nous, et la mer ne décolérait pas. Daudet Alphonse

Le vent s’était acharné après nous, et la mer ne décolérait pas.
Lettres de mon moulin (1866)
Citations de Alphonse Daudet
Alphonse Daudet

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.