Le néant se nie s’il se nomme. Chapelan Maurice