Le moi est haïssable. Pascal Blaise