Le meilleur moyen de comprendre la «force» et la pérennité de certaines oeuvres n’est-il pas en effe Jouve Vincent

1 Commentaire

Le meilleur moyen de comprendre la «force» et la pérennité de certaines oeuvres n’ est-il pas en effet de s’ interroger sur ce que les lecteurs y trouvent?
La Lecture (1993)
Citations de Vincent Jouve
Vincent Jouve

Une réponse à “Le meilleur moyen de comprendre la «force» et la pérennité de certaines oeuvres n’est-il pas en effe Jouve Vincent”

  1. dicocitations

    Alors il prend un livre. Un livre noir et jaune, un livre policier, et il lit.
    Ça doit être ça être grand, avoir le droit de lire à table.
    Pendant qu'il lit, j'observe son front. Il se déplisse lentement au fur et à mesure que le p'pa tourne les pages. Un vrai miracle. Je me demande ce qui peut bien être écrit dans ce livre qui arrive à déplisser le front de mon père. Surtout, je voudrais bien connaître celui qui a écrit le livre. Lui demander son secret.
    C'est décidé, plus tard, moi aussi j'écrirai des livres qui déplissent le front.
    Quand je serai grand, ce sera ça, mon métier: déplisseur de front.

    Le coeur à la craie, Daniel Picouly
    ( p.116, Grasset )
    My recent post La blague du 20-03-2011

    Répondre

Laisser une réponse