(Le désert,) c’est Dieu sans les hommes. Balzac Honoré de