Laisse-moi mordre longtemps tes tresses lourdes et noires. Quand je mordille tes cheveux élastiques Baudelaire Charles

Laisse-moi mordre longtemps tes tresses lourdes et noires. Quand je mordille tes cheveux élastiques et rebelles, il me semble que je mange des souvenirs.
Petits poèmes en prose ou Le Spleen de Paris (1862), Un Hémisphère dans une chevelure
Citations de Charles Baudelaire
Charles Baudelaire