Laissant pendre sa flûte au bout de son bras nu, – L’aigipan, renversé sur le rameau qui ploie, – Leconte de Lisle Charles Marie René

Laissant pendre sa flûte au bout de son bras nu,
L’aigipan, renversé sur le rameau qui ploie,
Rêve, les yeux mi-clos, avec un air de joie,
Qu’il surprend l’oréade en son antre inconnu.
Poèmes antiques (1852), Paysage
Citations de Charles Marie René Leconte de Lisle
Charles Marie René Leconte de Lisle

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.