La timide épouse demi-morte, qui épiait le front changeant, le front terrible de son mari en vit par Balzac Honoré de

Ajouter un commentaire

La timide épouse demi-morte, qui épiait le front changeant, le front terrible de son mari en vit par degré les rides expressives s’ amoncelant comme des nuages.
La Maison du Chat-qui-pelote (1830)
Citations de Honoré de Balzac
Honoré de Balzac

Laisser une réponse