La République des camarades. Jouvenel Bertrand de

2 Commentaires

La République des camarades.
Titre d’un ouvrage que Bertrand de Jouvenel publia en 1914.
Citations de Bertrand de Jouvenel
Bertrand de Jouvenel

2 réponses à “La République des camarades. Jouvenel Bertrand de”

  1. d'Argaignon

    cette citation n'est pas de bertrand mais de Robert de Jouvenel ce n'est pas le même! Bertrand est né en 1903 il était trop jeune pour publier un bouquin en 1914! il ya ici confusion

    Répondre
    • dicocitations

      Merci en effet , il s'agit d'une coquille !

      Le titre de cette oeuvre est de Robert de Jouvenel, né le 21 mars 1882 à Paris où il est mort le 2 juillet 1924, est un journaliste français. Proche d'Alfred de Tarde, avec qui il publia une enquête sur la politique française, Jouvenel fut aussi un polémiste de droite, proche des milieux nationalistes. Il laisse des ouvrages satiriques sur la bureaucratie et le gouvernement de la Troisième République. Robert de Jouvenel était l'oncle du politologue et économiste Bertrand de Jouvenel.

      Publications

      La Tribu des Chautemps : Rocambole en famille, Paris, L’Œuvre, 1909
      La République des camarades, Paris, Grasset, 1914
      Le Journalisme en vingt leçons, Paris, Payot, 1920
      Feu l’État, Paris, J. Ferenczi et fils éditeurs, 1923
      La Politique d'aujourd'hui, enquête parmi les groupements et les partis, avec Alfred de Tarde, Paris, La Renaissance du livre, 1923

      Bertrand de Jouvenel des Ursins connu sous le nom de Bertrand de Jouvenel, né le 31 octobre 1903 à Paris, où il est mort le 1er mars 1987, est un écrivain et journaliste français, également juriste, politologue et économiste. Penseur libéral, il fut avec Gaston Berger, l'un des pionniers et théoriciens de la prospective en France. Il fonda la revue Futuribles, consacré à la réflexion sur les futurs possibles. Il fut également un pionnier de l'écologie politique1 et romancier à ses heures sous le nom de plume de Guillaume Champlitte. Il se maria à Marcelle de Jouvenel, et ils furent les parents de Roland.

      En effet il n'a pu écrire La République des camarades à 11 ans !

      My recent post Le feu ne va point sans fumée.

      Répondre

Laisser une réponse