L’évocation de la pensée par la ligne, l’arabesque et les moyens plastiques. Moreau Gustave

6 Commentaires

L’ évocation de la pensée par la ligne, l’ arabesque et les moyens plastiques.
Citations de Gustave Moreau
Gustave Moreau

6 réponses à “L’évocation de la pensée par la ligne, l’arabesque et les moyens plastiques. Moreau Gustave”

  1. Cochonfucius

    La pensée spatiale, où l'intuition s'éclate et se renouvelle.

    Répondre
  2. dicocitations

    Être moderne ne consiste pas à chercher quelque chose en dehors de tout ce qui a été fait. Il s'agit au contraire de coordonner tout ce que les âges précédents nous ont apportés, pour faire voir comment notre siècle a accepté cet héritage et comment il en use.

    Gustave Moreau

    <img src="http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e0/Gustave_Moreau_007.jpg/379px-Gustave_Moreau_007.jpg"&gt;

    Gustave Moreau est un peintre, graveur, dessinateur et sculpteur français, né le 6 avril 1826 à Paris et mort le 18 avril 1898 à Paris. Il est l'un des principaux représentants du courant symboliste, imprégné de mysticisme.

    My recent post Citation du 28062010

    Répondre
  3. dicocitations

    Moreau ambitionnait de créer une œuvre où l'âme pût trouver, selon ses propres mots : toutes les aspirations de rêve, de tendresse, d'amour, d'enthousiasme, et d'élévation religieuse vers les sphères supérieures, tout y étant haut, puisant, moral, bienfaisant, tout y étant joie d'imagination de caprices et d'envolées lointaines aux pays sacrés, inconnus, mystérieux. La peinture de Moreau doit faire davantage rêver que penser. Elle vise à transporter le spectateur vers un autre monde.

    My recent post Citation du 28062010

    Répondre
  4. dicocitations

    Par le choix même de ses sujets, Moreau veut s'abstraire des données du réel, du vécu. Esprit profondément religieux -sans être pratiquant- il considère que la peinture, miroir des beautés physiques, réfléchit également les grands élans de l'âme, de l'esprit, du cœur et de l'imagination et répond à ces besoins divins de l'être humain de tous les temps. C'est la langue de Dieu ! Un jour viendra où l'on comprendra l'éloquence de cet art muet ; c'est cette éloquence dont le caractère et la puissance sur l'esprit n'ont pu être défini, à laquelle j'ai donné tous mes soins, tous mes efforts : l'évocation de la pensée par la ligne, l'arabesque et les moyens plastiques, voilà mon but.

    My recent post Citation du 28062010

    Répondre
  5. dicocitations

    6 avril 1826
    Naissance de Gustave Moreau à Paris.
    Son père Louis Moreau, architecte lui inculque une solide culture classique.
    Sa mère Pauline entoure de ses soins le jeune garçon de santé fragile.

    1836-1840
    Etudes secondaires au collège Rollin.
    Mort de sa sœur Camille âgée de 13 ans, Gustave Moreau est retiré du collège à cause de sa santé. Son père le prépare au baccalauréat. Depuis l'âge de huit ans, le jeune garçon ne cesse de dessiner.

    1841
    Premier voyage en Italie du Nord dont il rapporte un album de dessins.

    1844-1846
    Gustave Moreau fréquente l'atelier privé du peintre néoclassique François-Edouard Picot, décorateur de monuments publics et d'églises de Paris. Il y prépare le concours d'entrée à l'école royale des Beaux-Arts.

    1846
    Gustave Moreau est admis à l'Ecole royale des Beaux-Arts.

    1849
    Moreau quitte l'Ecole après son deuxième échec au Prix de Rome.

    Ladislas Chodzkiewicz
    Portrait de Gustave Moreau en 1852

    1849-50
    Il fait des copies au Musée du Louvre et reçoit quelques commandes de l'administration des Beaux-Arts.

    1851
    Moreau se lie d'amitié avec Théodore Chassériau, ancien élève d'Ingres et il loue un atelier voisin de celui-ci, avenue Frochot, près de la place Pigalle. L'influence de Chassériau sur Moreau est capitale.

    1852
    Moreau est admis pour la première fois au Salon officiel. Il fréquente le théâtre et l'opéra. Ses parents achètent à son nom une maison particulière au 14 rue de La Rochefoucauld. L'atelier du peintre est aménagé au troisième étage.

    1856
    Mort de Théodore Chassériau.

    1857-58
    Second séjour en Italie d'octobre 1857 à 1859. Il exécute des copies d'après les maîtres (Michel-Ange, Véronèse, Raphaël, Corrège, etc…). Après Rome, il se rend à Florence, Milan et Venise où il découvre Carpaccio. Il se lie d'amitié avec le jeune Edgar Degas. Après un séjour à Naples avec ses parents venus le rejoindre, il revient à Paris en septembre 1859. Il semble qu'il rencontre peu après Alexandrine Dureux qu'il initie au dessin. Elle restera jusqu'à sa mort en 1890, sa " meilleure et unique amie ".

    1862
    Mort de son père en février.

    My recent post Citation du 28062010

    Répondre
    • dicocitations

      Eliza de Romilly
      Portrait de Gustave Moreau debout s'appuyant sur son parapluie (octobre 1876)

      1864
      Fait son retour au Salon avec Oedipe et le Sphinx, acquis par le prince Napoléon.

      1865
      En novembre, Gustave Moreau est invité à Compiègne par l'empereur Napoléon III.

      1869
      Expose au Salon Prométhée et L'enlèvement d'Europe. Il obtient une médaille, mais il est sévèrement traité par la critique. Il n'exposera plus jusqu'en 1876.

      1875
      Nommé Chevalier de la Légion d'honneur.

      1876
      Expose au Salon Salomé dansant, Hercule et l'Hydre de Lerne, Saint Sébastien, et une aquarelle L'Apparition.

      1878
      Exposition universelle de Paris. Il présente six peintures.

      1879
      Moreau commence une série exceptionnelle de soixante-quatre aquarelles pour illustrer Les Fables de La Fontaine (collection privée) dont les esquisses sont conservées au Musée Gustave Moreau. Seule une aquarelle de cette série, Le paon se plaignant à Junon, a été donnée au musée.

      1880
      Dernière participation au Salon avec Hélène et Galatée.

      1882
      Il se présente à l'Académie des Beaux-Arts mais n'est pas élu.

      1883
      Officier de la Légion d'honneur.

      Anonyme
      Portrait de Gustave Moreau

      1884
      La mort de sa mère le plonge dans un profond désespoir.

      1886
      Moreau achève le polyptyque La Vie de l'Humanité*
      Il expose à la galerie Goupil. C'est la seule exposition personnelle du vivant de l'artiste.

      1888
      Election à l'Académie des Beaux-Arts.

      1890
      Mort de son amie Alexandrine Dureux ; profondément éprouvé, il peint à sa mémoire Orphée sur la tombe d'Eurydice*.

      1892-1898
      Il succède à Elie Delaunay comme professeur à l'Ecole des Beaux-Arts. Il y a pour élèves Georges Rouault, Henri Matisse, Albert Marquet, Henri Charles Manguin, Edgar Maxence…
      Le dimanche, il reçoit ses élèves dans sa maison, ainsi que quelques jeunes artistes comme Ary Renan, son premier biographe et George Desvallières.

      1895
      Il achève le chef-d'œuvre de sa vieillesse, Jupiter et Sémélé et fait transformer la maison familiale du 14 rue de La Rochefoucauld pour qu'elle devienne un musée après sa mort.

      1898
      Il meurt le 18 avril. Funérailles à l'église de la Trinité à Paris. Il est enterré au cimetière Montmartre.

      My recent post Citation du 28062010

      Répondre

Laisser une réponse