L’on ne voyoit plus autre chose par les boutiques des orfevres que couppes et pots d’or que l’on rom Amyot Jacques

L’on ne voyoit plus autre chose par les boutiques des orfevres que couppes et pots d’or que l’on rompoit pour mettre à la fonte.
Philopoemen, 14
Citations de Jacques Amyot
Jacques Amyot

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.