L’Indien préfère le doux son du vent s’élançant comme une flèche à la surface d’un étang, et l’odeur amérindiens Proverbes

L’Indien préfère le doux son du vent s’élançant comme une flèche à la surface d’un étang, et l’odeur du vent lui-même, lavé par la pluie de midi ou parfumé par le pin. L’air est précieux à l’homme rouge car toutes choses partagent le même souffle : la bête, l’arbre, l’homme, tous épousent le même souffle.
Sagesse amérindienne
Citations de Proverbes amérindiens
Proverbes amérindiens

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.