L’homme devient. Gide André