L’excès du vin dégrade l’homme, aliène au moins sa raison pour un temps, et l’abrutit à la longue. M Rousseau Jean-Jacques

L’excès du vin dégrade l’homme, aliène au moins sa raison pour un temps, et l’abrutit à la longue. Mais enfin le goût du vin n’est pas un crime; il en fait rarement commettre; il rend l’homme stupide et non pas méchant.
Lettre à d’Alembert
Citations de Jean-Jacques Rousseau
Jean-Jacques Rousseau