L’amitié est une espèce de fraternité, et, dans son acception la plus élevée, le beau idéal de la fr Migne Jacques Paul Migne, dit l’abbé

2 Commentaires

L’ amitié est une espèce de fraternité, et, dans son acception la plus élevée, le beau idéal de la fraternité.
Dictionnaire de la sagesse populaire, Sentiments
Citations de Jacques Paul Migne, dit l’abbé Migne
Jacques Paul Migne, dit l’abbé Migne

2 réponses à “L’amitié est une espèce de fraternité, et, dans son acception la plus élevée, le beau idéal de la fr Migne Jacques Paul Migne, dit l’abbé”

  1. Cochonfucius

    Peut-être.

    Répondre
  2. dicocitations

    Citations sur l'amitié

    Avoir un ami, c'est avoir un autre soi-même. Quand l'un est absent, l'autre le remplace. Si l'un est riche, l'autre ne manque de rien. Si l'un est faible, l'autre lui donne des forces. Et pour dire quelque chose déplus, celui qui meurt le premier, renaît dans la constante estime, dans le souvenir tendre, dans les continuels regrets de l'autre. Quant au mort, il semble que ce soit une douceur, et pour le survivant un mérite.

    Cicéron, trad. de l'abbé d'Olivet.

    Pour nous faire des amis, il faut ne s'attacher qu'à des caractères décidés et capables de constance. Il y en a peu, et il n'est pas aisé de les connaître sans en avoir fait l'épreuve. Mais cette épreuve , il n'y a* que dans le cours de l'amitié qu'on puisse la faire. Ainsi la liaison se forme avant que d'avoir pu se connaître; et le parti pris, il n'y a plus d'examen. Cicéron.

    Ne comptez sur aucun ami dans le malheur. Mettez toute votre confiance dans votre courage, et dans les ressources de votre esprit. Faites-vous, s'il se peut, une destinée qui ne dépende pas de la bonté trop inconstante et trop peu commune des hommes. Si vous méritez des honneurs, si vous forcez le monde à vous estimer, si la gloire suit votre vie, vous ne manquerez ni d'amis fidèles, ni de protecteurs, ni d'admirateurs.
    Vauvenargues.

    On aime quand on est ami, mais quand on aime on n'est pas ami pour cela; L'ami est toujours utile; celui qui aime peut quelquefois nuire.
    • • Sénèque.

    Entre bien des causes qui peuvent nous empêcher d'avoir un ami, l'une des principales est de rechercher un grand nombre d'amis. C'est ressembler à ces courtisanes qui se livrent à tout le mondé et ne s'attachent à personne. Plutarque.

    Ce qui s'oppose surtout à ce qu'on puisse avoir un grand nombre d'amis, c'est quel'amitié naît des rapports qui se trouvent entre ceux qui la contractent. Comment pourrait – elle naître entre des gens de mœurs différentes,'de caractères opposés, et qui n'auraient rien de commun dans leur manière de vivre? Elle suppose conformité de pensées, d'opinions, d'affections, de volonté, comme si c'était une seule âme qui fût partagée entre plusieurs corps.
    Plutarque.

    Ne te hâte ni de faire des amis nouveaux, ni de quitter ceux que tu as. Solon.

    Pour conserver un ami, il faut devenir soi-même capable de l'être. J.-J. Rousseau.

    L'ami véritable donne son cœur sans réserve, sans condition, et uniquement parce qu'il aime. Il a la sincérité , la délicatesse, les transports, la fidélité du sentiment. Le faux ami n'aime que relativement à son propre intérêt; et si la cupidité le lui conseille, il deviendra ingrat et parjure.
    J.-J. Rousseau.

    Chacun se dit ami; mais fou qui s'y repose.
    Rien n'est plus commun que le nom,
    Rien n'est plus rare que la chose.
    La Fontaine.

    Répondre

Laisser une réponse