Je vivais d’elle, par elle, pour elle j’aurais déjeuné de ses sourires et dîné de l’odeur de ses gan Courteline Georges Moinaux, dit Georges

Je vivais d’elle, par elle, pour elle j’aurais déjeuné de ses sourires et dîné de l’odeur de ses gants.
Les Femmes d’amis (1888)
Citations de Georges Courteline
Georges Courteline