Je vis d’abord sur moi des fantômes étranges – Traîner de longs habits; – Je ne sais si c’étai Musset Alfred de

Je vis d’abord sur moi des fantômes étranges
Traîner de longs habits;
Je ne sais si c’étaient des femmes ou des anges!
Leurs manteaux m’inondaient avec leurs belles franges
De nacre et de rubis.
Poésies posthumes (1888), Vision
Citations de Alfred de Musset
Alfred de Musset

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.