Je te le redis de vivement prendre la porte. Ou je vas te botter les fesses, François! Chevallier Gabriel

Ajouter un commentaire

Je te le redis de vivement prendre la porte. Ou je vas te botter les fesses, François!
Clochemerle (1934)
Citations de Gabriel Chevallier
Gabriel Chevallier

Laisser une réponse