Je restais seul dans ma cellule de planches, debout devant mon chevalet, éclairé par une misérable l Chagall Marc

Je restais seul dans ma cellule de planches, debout devant mon chevalet, éclairé par une misérable lampe à kérosène. Depuis une semaine, l’atelier n’avait pas été balayé. Des châssis, des coquilles d’oeufs, des pots vides de bouillon à deux sous étaient éparpillés sur le plancher. La lampe brûlait et moi avec. Je peignais furieusement. C’est là entre ces quatre murs, que j’ai lavé mes yeux, que je suis devenu un peintre.
Ma vie
Citations de Marc Chagall
Marc Chagall

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.