Je ne souhaitais rien d’autre que ces fiançailles éternelles, nos corps étendus près de la cheminée, Radiguet Raymond

Je ne souhaitais rien d’autre que ces fiançailles éternelles, nos corps étendus près de la cheminée, se touchant l’un l’autre, et moi, n’osant bouger, de peur qu’un seul de mes gestes suffit à chasser le bonheur.
Le Diable au corps (1923)
Citations de Raymond Radiguet
Raymond Radiguet

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.