Je ne me vante point de l’être, mais enfin – Je m’attache, madame, à tout votre destin, – Et j’ose Molière Jean-Baptiste Poquelin, dit

Ajouter un commentaire

Je ne me vante point de l’ être, mais enfin
Je m’ attache, madame, à tout votre destin,
Et j’ ose vous offrir avec que ma personne
Ce qu’ on sait que de bien la fortune me donne.
Les Femmes savantes (1672), V, 4, Clitandre
Citations de Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière
Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière

Laisser une réponse