J’aimais les voix du soir dans les airs répandues, – Le bruit lointain des chars gémissant sous leur Lamartine Alphonse de

J’aimais les voix du soir dans les airs répandues, – Le bruit lointain des chars gémissant sous leur poids, – Et le sourd tintement des cloches suspendues – Au cou des chevreaux dans les bois.
Nouvelles méditations (1823), les Préludes
Citations de Alphonse de Lamartine
Alphonse de Lamartine