J’ai la peau de l’âme trop sensible. Il faudrait apprendre à son âme à marcher pieds nus. S’y faire Cocteau Jean

J’ai la peau de l’âme trop sensible. Il faudrait apprendre à son âme à marcher pieds nus. S’y faire une corne. Se répéter la sentence chinoise: «Rétrécis ton coeur.»
Journal (1942-1945), 9 décembre 1944
Citations de Jean Cocteau
Jean Cocteau