Indigne compagnon de ma triste vie, vous ressemblez au public, à qui il ne faut jamais présenter des Baudelaire Charles

Indigne compagnon de ma triste vie, vous ressemblez au public, à qui il ne faut jamais présenter des parfums délicats qui l’exaspèrent, mais des ordures soigneusement choisies.
Petits poèmes en prose ou Le Spleen de Paris (1862), Le Chien et le flacon
Citations de Charles Baudelaire
Charles Baudelaire

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.