Il soutint son ami et justifia Socrate. Alembert Jean le Rond d’