Il sentirait d’abord l’empire et l’ascendant qu’on peut prendre sur son esprit, et il secouerait le La Bruyère Jean de

Il sentirait d’abord l’empire et l’ascendant qu’on peut prendre sur son esprit, et il secouerait le joug par honte ou par caprice: il faut tenter auprès de lui les petites choses, et de là le progrès jusqu’aux plus grandes est immanquable.
Les Caractères (1696), 71, VII, Du coeur
Citations de Jean de La Bruyère
Jean de La Bruyère