Il ne faut pas croire que la paresse soit inféconde. On y vit intensément, comme un lièvre qui écout Renard Jules

Ajouter un commentaire

Il ne faut pas croire que la paresse soit inféconde. On y vit intensément, comme un lièvre qui écoute. On y nage comme dans l’ eau, mais on y sent les frôlements des herbes du remords.
Journal
Citations de Jules Renard
Jules Renard

Laisser une réponse