Il faut être toujours ivre. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et Baudelaire Charles

Ajouter un commentaire

Il faut être toujours ivre. Pour ne pas sentir l’ horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve, mais de quoi? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous!
Petits poèmes en prose ou Le Spleen de Paris (1862), Enivrez-vous
Citations de Charles Baudelaire
Charles Baudelaire

Laisser une réponse