Il faut que nous nous déchirions le coeur pour écrire nos livres, comme le pélican se déchire les en Bourdet Edouard

Ajouter un commentaire

Il faut que nous nous déchirions le coeur pour écrire nos livres, comme le pélican se déchire les entrailles pour nourrir ses petits. Nous sommes les pélicans de l’ art, voilà !
Vient de paraître (1927), IV, Marc
Citations de Edouard Bourdet
Edouard Bourdet

Laisser une réponse