Il avait senti, effleurant son corps, le bonheur léger de ces années où rien ne comptait plus que sa Pollet-Villard Philippe

Il avait senti, effleurant son corps, le bonheur léger de ces années où rien ne comptait plus que savoir apprivoiser et tenir devant soi un rêve
Mondial nomade
Citations de Philippe Pollet-Villard
Philippe Pollet-Villard

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.