Hugo, de son talon harasse les coursiers olympiques de son impérial quadrige ;
et comme d’un Lugones Leopoldo

Ajouter un commentaire

Hugo, de son talon harasse les coursiers olympiques de son impérial quadrige ;
et comme d’ un océan que dore le premier soleil, de ses longs cheveux on voit surgir l’ aurore.
Les montagnes de l’or (1897)
Citations de Leopoldo Lugones
Leopoldo Lugones

Laisser une réponse