Gardez, amant plein de tendresse, les lettres de votre maîtresse, – Non pour en abuser un jour, m Bussy-Rabutin Roger de Rabutin, comte de Bussy, dit

1 Commentaire

Gardez, amant plein de tendresse, les lettres de votre maîtresse,
Non pour en abuser un jour, mais comme gage de l’ amour.
Histoire amoureuse des Gaules (1666), Maximes d’amour
Citations de Roger de Rabutin, comte de Bussy, dit Bussy-Rabutin
Roger de Rabutin, comte de Bussy, dit Bussy-Rabutin

Une réponse à “Gardez, amant plein de tendresse, les lettres de votre maîtresse, – Non pour en abuser un jour, m Bussy-Rabutin Roger de Rabutin, comte de Bussy, dit”

  1. dicocitations

    Le Balcon

    Charles Baudelaire (1821–†1867)

    Mère des souvenirs, maîtresse des maîtresses,
    Ô toi, tous mes plaisirs! ô toi, tous mes devoirs!
    Tu te rappelleras la beauté des caresses,
    La douceaur du foyer et le charme des soirs,
    Mère des souvenirs, maîtresse des maîtresses!

    Les soirs illuminés par l’ardeur du charbon,
    Et les soirs au balcon, voilés de vapeurs roses.
    —Que ton sein m’était doux! que ton cœur m’était bon!
    Nous avons dit souvent d’impérissables choses
    Les soirs illuminés par l’ardeur du charbon.

    Que les soleils sont beaux dans les chaudes soirées!
    Que l’espace est profond! que le cœur est puissant!
    En me penchant vers toi, reine des adorées,
    Je croyais respirer le parfum de ton sang.
    Que les soleils sont beaux dans les chaudes soirées!

    La nuit s’épaississait ainsi qu’une cloison,
    Et mes yeux dans le noir devinaient tes prunelles,
    Et je buvais ton souffle, ô douceur, ô poison!
    Et tes pieds s’endormaient dans mes mains fraternelles.
    La nuit s’épaississait ainsi qu’une cloison.

    Je sais l’art d’évoquer les minutes heureuses,
    Et revis mon passé blotti dans tes genoux.
    Car à quoi bon chercher tes beautés langoureuses
    Ailleurs qu’en ton cher corps et qu’en ton cœur si doux?
    Je sais l’art d’évoquer les minutes heureuses!

    Ces serments, ces parfums, ces baisers infinis,
    Renaîtront-ils d’un gouffre interdit à nos sondes,
    Comme montent au ciel les soleils rajeunis
    Après s’être lavés au fond des mers profondes?
    —Ô serments! ô parfums! ô baisers infinis!

    Répondre

Laisser une réponse