Etourdissons-nous avec le bruit de la plume et buvons de l’encre. Cela grise mieux que le vin. Flaubert Gustave

1 Commentaire

Etourdissons-nous avec le bruit de la plume et buvons de l’ encre. Cela grise mieux que le vin.
Correspondance, à Ernest Feydau, 15 juillet 1861
Citations de Gustave Flaubert
Gustave Flaubert

Une réponse à “Etourdissons-nous avec le bruit de la plume et buvons de l’encre. Cela grise mieux que le vin. Flaubert Gustave”

  1. dicocitations

    Réfléchis, réfléchis avant d’écrire. Tout dépend de la conception. Cet axiome du grand Goethe est le plus simple et le plus merveilleux résumé et précepte de toutes les œuvres d’art possibles. » (13 septembre 1852)

    La couleur, ce sont les perles du collier. Il faut écrire avec fougue – Flaubert parle de « lyrisme ». « La vie ! la vie ! bander, tout est là ! (bander = le mot manque dans l’édition Conard ajoute, imperturbable, l’éditeur dans la Pléiade). C’est pour cela que j’aime tant le lyrisme. Il me semble la forme la plus naturelle de la poésie. Elle est là toute nue et en liberté. Toute la force d’une œuvre gît dans ce mystère, et c’est cette qualité primordiale, ce motus animi continuus (vibration, mouvement continuel de l’esprit, définition de l’éloquence par Cicéron) qui donne la concision, le relief, les tournures, les élans, le rythme, la diversité. » (15 juillet 1853)

    Répondre

Laisser une réponse