Eternité est l’anagramme d’étreinte. Montherlant Henry de

2 Commentaires

Eternité est l’ anagramme d’ étreinte.
Les Jeunes Filles (1936)
Citations de Henry de Montherlant
Henry de Montherlant

2 réponses à “Eternité est l’anagramme d’étreinte. Montherlant Henry de”

  1. dicocitations

    Je me souviens toujours d'une anagramme que je fis pour elle, etc. (Acte I, scène H.)

    Depuis le poète et Limousin J. Daurat, qui, au XVI" siècle, « mit les anagrammes tellement en vogue que chacun voulait s'en mêler, » cette manie n'avait fait que croître dans le bas monde des beaux-esprits. Elle allait de pair, du reste, avec le goût des énigmes, logogriphes, bouts rimés, etc., que le Mercure de de Visé n'avait pas peu contribué à propager. Il y eut l'anagramme madrigal pour les dames, l'anagramme héroïque pour les princes, l'anagramme satirique, et surtout l'anagramme prophétique, qui ne manquait jamais de surgir après les grands événements. Ainsi :

    — Frère Jacques Clément. C'est l'enfer qui m'a créé.

    — Marie-Thérèse d'Autriche. Mariée au roi très-chrétien.

    — Louis treizième, roi de France et de Navarre. Roi très-rare estimé Dieu de la fauconnerie.

    — Marie Touchet.
    Je charme tout.

    — Pierre de Ronsard.
    Rose de Pindare.

    — Prosper Bauin (conseiller au Parlement). Bos in purpura.

    — Antonius Seguierius. Novus jesuita niger.

    Répondre

Laisser une réponse