Et vous, ombres rêvées, et pourtant ressenties,
Venez coller vos lèvres brûlantes aux miennes, Zweig Stefan

Ajouter un commentaire

Et vous, ombres rêvées, et pourtant ressenties,
Venez coller vos lèvres brûlantes aux miennes,
Boire à mon sang le sang, et le souffle à ma bouche !
Montez.
Lettre d’une inconnue (1922)
Citations de Stefan Zweig
Stefan Zweig

Laisser une réponse