Et moi, je contemplais celle qui priait Dieu – Dans l’enceinte sacrée, – La trouvant grave et Hugo Victor

Et moi, je contemplais celle qui priait Dieu
Dans l’enceinte sacrée,
La trouvant grave et douce et digne du saint lieu,
Cette belle éplorée.
Les Chants du crépuscule (1835)
Citations de Victor Hugo
Victor Hugo

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.