Et comme un air qui sonne au bois creux des guitares, – J’ai fait chanter mon rêve au vide de ton Bouilhet Louis

Ajouter un commentaire

Et comme un air qui sonne au bois creux des guitares,
J’ ai fait chanter mon rêve au vide de ton coeur.
Festons et astragales (1859), A une femme
Citations de Louis Bouilhet
Louis Bouilhet

Laisser une réponse