Et ce souffle nous le localisons, nous le répartissons dans des états de contraction et de décontrac Artaud Antonin

Ajouter un commentaire

Et ce souffle nous le localisons, nous le répartissons dans des états de contraction et de décontraction combinés. Nous nous servons de notre corps comme d’ un crible où passent la volonté et le relâchement de la volonté.
Le Théâtre et son double (1938)
Citations de Antonin Artaud
Antonin Artaud

Laisser une réponse