Enfant, vous êtes l’aube, et mon âme est la plaine – Qui des plus douces fleurs embaume son haleine Hugo Victor

Enfant, vous êtes l’aube, et mon âme est la plaine – Qui des plus douces fleurs embaume son haleine – Quand vous la respirez; – Mon âme est la forêt dont les sombres ramures – S’emplissent pour vous seul de suaves murmures – Et des rayons dorés.
Les Feuilles d’automne (1831), Lorsque l’enfant paraît
Citations de Victor Hugo
Victor Hugo