Deux beaux yeux sont l’empire – Pour qui je soupire, – Sans eux rien ne m’est doux; – Donne Malherbe François de

Deux beaux yeux sont l’empire
Pour qui je soupire,
Sans eux rien ne m’est doux;
Donnez-moi cette joie
Que je les revoie.
A Henri le Grand, sur la dernière absence de la princesse de Condé (1609)
Citations de François de Malherbe
François de Malherbe

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.