Depuis les dernières averses de l’été, la nappe verte, toujours grandissante, avait peu à peu jauni. Zola Emile

Ajouter un commentaire

Depuis les dernières averses de l’ été, la nappe verte, toujours grandissante, avait peu à peu jauni. C’ était maintenant une mer blonde, incendiée, qui semblait refléter le flamboiement de l’ air, une mer roulant sa houle de feu, au moindre souffle.
La Terre (1887)
Citations de Emile Zola
Emile Zola

Laisser une réponse